Michel Lelièvre, libéré sous surveillance électronique : retour sur l’affaire Dutroux qui ébranla la Belgique

Michel Lelièvre avait été condamné en 2004 pour participation à l’enlèvement et à la séquestration de quatre adolescentes. Ce lundi 30 septembre, la justice belge a accepté sa demande de libération sous surveillance électronique. Retour sur les personnages clés et les principaux événements de cette affaire qui continue d’émouvoir la population belge.

Le banc des condamnés

De la réforme de la justice qui a suivi l’échappée de Marc Dutroux de prison, découle quatre grands changements :

  • la disparition de la gendarmerie du fait des problèmes de communication constatés lors de l’affaire Dutroux entre la police communale et la gendarmerie belge.
  • la création du Conseil supérieur de justice pour regagner la confiance des citoyens envers le système judiciaire. Il ne relève d’aucun des trois pouvoirs, garantissant son indépendance. Il est renouvelé tous les quatre ans. Il traite les plaintes et rend des avis aux responsables politiques pour améliorer le fonctionnement de la magistrature.
  • le droit des victimes renforcé : chaque personne soumise à une audition peut obtenir une copie de son procès-verbal et demander aux enquêteurs d’entendre d’autres personnes. Les parties civiles ont un droit d’accès au dossier.
  • plus de transparence dans la nomination des magistrats.

Laisser un commentaire