Incendie de l’usine Lubrizol : la liste des produits présents dans l’usine sera connue ce mardi

Quatre jours après l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen, le Premier ministre Edouard Philippe a apporté avec le gouvernement quelques précisions sur les suites de l’incendie de l’usine Lubrizol.

Les questions au gouvernement inaugurées sous leur nouvelle formule, qui offre aux députés un droit de réponse, ont surtout porté sur l’incendie de l’usine Lubrizol, survenu le 26 septembre dernier. 

Le Premier ministre Edouard Philippe a notamment été interpelé par le député La France insoumise de la Somme François Ruffin sur la liste des produits contenus dans l’usine et qui n’a pour l’instant pas été rendue publique.

Le chef du gouvernement a annoncé avoir demandé au préfet de Normandie de rendre compte chaque jour de l’avancée des travaux, en étant appuyé d’une cellule composée notamment du directeur général de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques. La liste des produits sera donc connue aujourd’hui.

« En fonction de ces substances, nous pourrons adapter les réponses et les analyses » a répondu la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne, elle aussi interrogée à ce sujet.

Les agriculteurs indemnisés sous dix jours

Invité ce matin sur BFM TV, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume est lui aussi revenu sur l’incendie et a annoncé que la dangerosité des résidus et des suies sera déterminée par les analyses dont les résultats seront publiés « demain ou après-demain« . Les premières indemnisations d’agriculteurs devraient, elles, intervenir sous dix jours.

En attendant, l’interdiction de commercialisation du lait et autres productions agricoles prononcée par le préfet relève du « principe de précaution« . En raison de la pollution, les préfectures de Seine-Maritime, de la Somme, de l’Oise et de l’Aisne ont pris des arrêtés pour suspendre la mise sur le marché des productions végétales et animales à compter du 26 septembre. Des milliers d’hectares sont concernés : en Seine-Maritime, 112 communes sont touchées, 39 dans la Somme, 40 dans l’Oise et 14 dans l’Aisne, avait indiqué lundi soir le syndicat agricole Confédération paysanne après un entretien avec le préfet.

Une usine chimique, classée Seveso seuil haut à Grand-Quevilly, près de Rouen, a été « mise à l’arrêt » ce mardi matin, a annoncé la préfecture, précisant qu’il n’y avait pas d’incendie, ce que conteste la CGT.

Lundi soir, Edouard Philippe s’est rendu à Rouen. Il a déclaré que les odeurs sont certes « gênantes » mais « pas nocives » et promet « l’absolue transparence« . Elisabeth Borne sera, elle, auditionnée mercredi par la commission du Développement durable de l’Assemblée nationale.

Hortense Crépin (avec AFP)

Laisser un commentaire