Société. Cinquante pages pour aider les médecins à prévenir les violences conjugales

La Haute Autorité de Santé publie un guide à destination des médecins. Le but : leur permettre d’aborder la question sensible des violences conjugales avec leurs patientes.

« En cas de dispute, cela se passe comment ? », « Comment se passent vos rapports intimes ? Et en cas de désaccord ? », « Avez-vous peur pour vos enfants ? ». Ces questions posées aux patientes par le médecin peuvent permettre de détecter des situations anormales dans leur vie de couple. Un guide de cinquante pages publié par la HAS, en dresse une liste pour aider les professionnels de santé. Ce document indique également les démarches concrètes à effectuer telles que le dépôt de plainte, l’orientation de la victime vers les structures associatives ou sanitaires.

Quand elles parlent, c’est qu’elles ont déjà eu peur pour leur vie

Micheline V., médecin généraliste dans la Somme, est déjà sensibilisée à cette problématique. Quand elle a repéré des patientes susceptibles de souffrir dans leur vie conjugale, elle essaie d’amener le sujet, lors des visites. « J’essaie d’en parler à chaque fois que je les vois, je leur donne les numéros d’aide, le nom des structures locales. Je leur donne aussi des conseils pour se protéger: cacher leurs papiers d’identité, préparer une solution d’hébergement d’urgence si elles ont besoin de fuir. Je ne peux pas signaler les violences sans leur accord mais je les incite à le faire, et je leur dis qu’elles peuvent venir au cabinet en cas d’urgence. » Pour Micheline V., la difficulté n’est pas dans le repérage. « Le plus compliqué, c’est d’aborder le sujet. En général, elles ont peur de parler et fuient la consultation. Et quand elles en parlent, c’est qu’elles ont déjà eu peur pour la vie. » explique-t-elle.

Ce guide devrait permettre une plus grande implication des professionnels de santé. Et peut-être éviter, à l’avenir, de nouveaux drames.

S.V.

1 commentaire sur “Société. Cinquante pages pour aider les médecins à prévenir les violences conjugales”

Laisser un commentaire