Politique. Hausse des agressions physiques et verbales à l’encontre des maires

Du 13 août au 15 septembre, le Sénat a lancé une consultation auprès des élus municipaux. Parmi les répondants, 14% font état d’agressions physiques.

361 agressions verbales ou physiques recensées chez des élus de la République en 2018. Selon les chiffres du gouvernement, c’est une hausse de 4% par rapport à 2017. Le Sénat a consulté les maires et élus municipaux entre le 13 août et le 15 septembre après la mort du maire de Signes (Var) en août dernier.

92% y ont répondu. Beaucoup font état d’incivilités, de menaces et même d’agressions physiques. Sur les 3 812 réponses recueillies, 14% rapportent ce type d’attaques. « Nous ne pouvons pas laisser les maires dans cette solitude », a souligné Philippe Bas, président de la commission des lois du Sénat. Des chiffres « qui ne reflètent qu’une part infime de la réalité du phénomène », ajoute-t-il, la majorité des faits d’agressions n’étant pas signalées.

Mesures annoncées

Mercredi, la commission des Lois du Sénat a proposé des mesures pour « renforcer l’autorité des maires, conforter leurs moyens d’action et mieux les protéger dans l’exercice de leurs fonctions ». Elles seront intégrées par voie d’amendements au projet de loi « Engagement et proximité » qui sera examiné dans l’hémicycle à partir de mardi prochain.

Marie SÉNÉCHAL

Laisser un commentaire