Rugby. Les points et puis rien

Malgré un trou d’air au milieu de la partie, le XV de France s’est imposé largement face aux États-Unis et reste dans les clous avant d’affronter les Tonga, dimanche à 9h45. Une victoire largement acquise grâce aux performances de Camille Lopez et l’entrée de Baptiste Serin.

Au cœur de la deuxième période, les Bleus souffrent et leurs vieux démons réapparaissent. Fautes de mains, en avant, pénalités concédées bêtement. Des Américains généreux reviennent à trois points (12-9), et c’est à ce moment que Baptiste Serin vient dynamiter le match.

Pourtant, le XV de France a tout fait pour bien rentrer dans la partie. Vifs et incisifs, dès la 6e minute, un coup de pied inspiré de Camille Lopez permet à Yoann Huget d’ouvrir la marque (7-0). Un scénario qui se répète quelques instants plus tard, à la 24e Lopez, de nouveau, ouvre son pied pour Raka, qui vient aplatir en coin (12-3). À ce moment, on se dit que la France va dérouler, que leur suffisance et leurs lacunes ont disparu.

Une demi-heure à vide

Rapidement les Français retombent dans leurs travers. Plusieurs fois proches de la ligne d’en-but, ils n’arrivent pas à conclure. Les Américains, eux, profitent des erreurs françaises et se rapprochent grâce à deux pénalités (12-9). Le ballon ne circule plus. Les fautes de mains se multiplient, les phases de jeu sont lentes et saccadées. Symbole de ces imprécisions, Louis Picamoles, capitaine du XV pour la première fois, perd deux ballons précieux en moins de dix minutes. L’entrée de Serin à la place d’un Maxime Machenaud transparent réveille ses coéquipiers.

Serin le dynamiteur

Le demi de mêlée toulonnais accélère le jeu, et la différence est immédiate. Deux minutes après son entrée, une équipe de France transfigurée enchaîne les temps de jeu et Fickou donne de l’air à tout le monde en aplatissant en force (17-9). Derrière, tout le monde suit et l’équipe se fait de nouveau plaisir. À la 70e minute, Serin, encore lui, offre le bonus offensif à une équipe de France qui en avait bien besoin après un contre bien senti.

L’essai anecdotique de Poirot tout en force conclut une prestation inégale qui offre un succès précieux. La France est encore trop inconstante pour prétendre à plus qu’un quart de finale, mais reste dans les clous. Il faudra être plus sérieux et régulier face aux Tonga dimanche, pour assurer la qualification.

Paul MONTELS et Nicolas ROCCA

Laisser un commentaire