Transport. Inspection obligatoire pour des Boeing 737 après la découverte de fissures

En 2018, un autre modèle Boeing 737 était cloué au sol

Les opérateurs ont sept jours pour inspecter les avions, annonce l’Agence fédérale de l’aviation américaine (FAA).

Les Boeing 737 NG sont dans le viseur de l’Agence fédérale de l’aviation (FAA). Des « fissures structurelles » ont été découvertes sur un exemplaire en Chine. Ce modèle est le prédécesseur du 737 MAX, dont les appareils sont toujours cloués au sol.

« Boeing a notifié l’agence du problème après avoir découvert des fissures structurelles dans un appareil qui était en train d’être modifié en Chine. Des inspections ont montré des fissures similaires sur un petit nombre d’avions supplémentaires », détaille la FAA, dans un communiqué.

Plus de 6 000 appareils en exploitation

Aux États-Unis, plus de 1 900 appareils sont concernés, indique le régulateur aérien américain. Fin juillet 2018, il y avait 6 343 Boeing 737 NG en exploitation dans le monde.

Les fissures sur les 737 NG sont situées sur les « pickle forks » / Infographie : A.-L. J.

Les fissures se situent sur le « pickle fork », la partie de l’avion qui lie les ailes au fuselage, c’est-à-dire qui maintient la cabine aux ailes. Il gère à la fois les contraintes et les forces aérodynamiques.

Des inspections en fonction du nombre de vols

Les opérateurs doivent conduire des « inspections spécifiques et rapporter leurs conclusions immédiatement à l’agence », indique le régulateur.

Les compagnies aériennes et les loueurs d’avions doivent inspecter dans les sept jours suivant la demande de la FAA, les 737 NG ayant plus de 30 000 « cycles de vie », c’est-à-dire les avions ayant vécu 30 000 décollages, pressurisations, dépressurisations et atterrissages sans aucune difficulté.

Quant aux 737 NG ayant entre 22 600 et 29 999 cycles de vie, ils doivent être inspectés dans les prochains 1 000 cycles.

Les 737 MAX toujours cloués au sol

Deux accidents mortels en 2018 ont conduit l’Agence fédérale de l’aviation (FAA) à interdire tous les vols du modèle phare de Boeing : le 737 MAX. Le groupe compte sur un retour à la normale d’ici « au quatrième trimestre de cette année », a indiqué par courriel à l’AFP Gordon Johndroe, un porte-parole de Boeing à Chicago.

Anne-Laure JUIF

Laisser un commentaire